Le secret de la Licorne..

Publié le par Ju




Petit mot de la victime :

"Bref rappel des faits: Le 31 mars 2006 a 7h00, des étudiants de la FLLASH et consorts, dans le cadre du mouvement contre la loi dite sur l’égalité des chances, décident de bloquer un TGV a la gare de Valenciennes. Au bout d’une demie-heure  surgissent les forces de l’ordre, une dizaine de macaques en armures venus déloger les 25 dangereux étudiants violemment assis et armés de chants contestataires subversifs. Après une sommation en bonne et due forme : « Houba houba !! » (qui signifie sans doute « Nous allons faire usage de la violence aveugle qui nous habite en une démonstration de force brutale dirigée contre vos petites personnes si vous ne consentez pas à vous levez de votre propre chef et ce afin que le trafic ferroviaire puisse reprendre son cours habituel » ; c’est une langue très synthétique), vas-y que j’te sors les 90 kg de muscles pour soulever les 40 de la demoiselle (cf. photos Voix du Nord), et là dans la terrible mêlée qui s’ensuit, une matraque venue d’on ne sait où  vient négligemment embrasser la partie frontale d’une boite crânienne qui n’avait rien à foutre là (bah oui peuvent pas aller en cours ces étudiants au lieu de foutre le bordel parmi les honnêtes gens qui vont trimer ??).

Ci-joint la réponse du procureur à la plainte déposée au tribunal… (paraît-il que la plainte devait être déposée directement au commissariat mais j’ai pas vraiment eu envie d’y retourner… une garde à vue c’est si vite arrivé…). Et puis la photo prise quelques heures après les faits une fois mes esprits recouverts et notre camarade sorti du poste de police… Et pendant ce temps là on condamne à tour de bras des étudiants partout en France pour avoir vilainement uriné devant les CRS. Le premier qui parle d’une justice à deux vitesses sera brûlé vif en place publique. Et ils osent mettrent en en-tête la vieille Marianne et sa devise qui ne veut plus rien dire depuis longtemps…"


Dialogue :

Jean-Michel (CRS1 en rut):Oh putain que c'est bon de se faire un coco...
Patrick (CR2) : Dégage de là, il est à moi ce gauchiste...
Jean-Mimi : NNNNAAAAn c'est moi qui lui ai mis les menottes, il est à mois selon le réglement.. euh je sais plus lequel, j'aurais dû travailler plus à l'école de police...
Rodolphe : Crotte d'écureuil lapon (ndlr : le gardien de la paix emploi un langage non vulgaire bien entendu, mais tout aussi expressif), j'ai ses cheveux alors faites pas chier les gars, merde alors! (ndlr : perte de sangfroid de la part de ces valeureux défenseurs de la veuve et de l'orphelin)
Les 3 : A moiiii, à moiiii, nan à moiiiiii
Patrick : Lachez l'affaire les mecs et je vous offre un petit pastis ce soir...
Jean-Mimi + Rodolphe (en concert):  Ok ok je lache l'affaire , il est à toi...
























Et pendant ce temps, à quelques mètres de là, un coup de matraque se perdait, sans doute à cause de la mécanique newtonienne, avec le bras de Robert (CRS4) engourdi muni d'une matraque qui a effectué un mouvement parabolique  qui a malheureusement trouvé un obstacle, une tête en l'occurence, alors que son énergie cinétique n'était pas nulle, choc s'en suivit, conclusion évidente, on ne pouvait prévoir la localisation spatiale de cette boite cranienne  => Dommage collatéral














La  (presque) vraie sentence du tribunal :

Ce coup de matraque n'ayant pas entrainé d'ITT ni de séjour à l'hopital prolongé, le gardien de la paix fautif sera donc condamné à suivre un entraînement intensif de maniement de matraque et de jambières pour que, plus jamais une telle douceur ne soit appliqué sur ses éléments gauchistes... La séance est levée.

Publié dans Coup de gueule!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Louis Christian Rachid 09/06/2006 20:15

Ce n'est pas tellement le fait "d'ouvrir sa gueule qui est réprimé" Mais plus la défiance envers l'Etat. Nous avons, au cours du mvt antiCPE, fait remettre en cause le monopole de l'Etat à disposer de la violence qu'elle soit sociale ou physique. C'est qd m^me la base du contrat social entre l'institution Etatique et le peuple. Vous acceptez la tutelle de l'Etat et l'Etat vous offre protection et SECURITE. Il ne faut pas s'étonner de cette attitude du gouvernement, L'Etat c l'oppression et sa dispartion ,au profit d'une démocratie révolutionnaire, l'avenir...

Tite J 05/06/2006 12:56

Que dire de plus... s'exprimer c'est s'exposer à la répression. Et dire que le pauvre était là dans un mouvement pacifique!! Arff... Mais peut-on en vouloir à ces représentants de l'ordre qui font simplement et bêtement leur travail?? C'est un fait, "on est flic donc on fait notre boulot"... voilà un raisonnement empreint d'une grande responsabilité et d'une réflexion intense!